Définir le Mayisme : le conservatisme d'une seule nation avec une touche de violet papal et une touche de rouge travailliste - Le Royaume-Uni dans une Europe en mutation (2024)

Commentaire

Defining Mayism: one nation Conservatism with a hint of papal purple and a dash of Labour red - UK in a changing Europe (1)

DATE

19 mai 2017

AUTEURS

Le Dr Eunice s'en va

THÈME

Politique et société

PARTAGER

Defining Mayism: one nation Conservatism with a hint of papal purple and a dash of Labour red - UK in a changing Europe (2)

Avec beaucoup de modestie, le chef qui a transformé le Parti conservateur en « équipe de Theresa May » a déclaré aux journalistes : «il n'y a pas de Mayisme'mais seulement un « bon conservatisme solide ». Les précisions de Theresa May ont été accueillies avec une surprise amusée, mais elle a eu raison de souligner que les dirigeants des partis sont rarement les créateurs d’idéologies.

Cela dit, son rejet sage d'une question incisive posée par un journaliste ne cache pas qu'elle souhaite emmener le Parti conservateur dans une nouvelle direction assez éloignée du thatchérisme. Après tout, comme elleclairement indiqué dans le discoursqui a lancé sa candidature à la direction du Parti conservateur, son style de conservatisme marque une rupture avec l'individualisme et le fondamentalisme de marché des trois dernières décennies.

C’est un autre type de conservatisme, je sais. Cela marque une rupture avec le passé. Mais cela est en fait tout à fait conforme aux principes conservateurs, car nous ne croyons pas seulement aux marchés, mais aussi aux communautés. Nous ne croyons pas seulement à l’individualisme, mais aussi à la société. Nous ne détestons pas l’État, nous valorisons le rôle que seul l’État peut jouer.

Nous pensons que tout le monde – et pas seulement quelques privilégiés – a le droit de s’approprier ce qui compte dans sa vie. Nous pensons que chaque génération – de politiciens, de chefs d’entreprise, de nous tous – est la gardienne de la responsabilité de transmettre quelque chose de meilleur à la génération suivante.

Le conservateurmanifestelancé hier, ainsi que les nombreux discours prononcés par May depuis qu'elle a annoncé sa candidature à la direction du Parti conservateur, suggèrent que son type particulier de conservatisme est principalement One Nation, mais qu'il est également inspiré par la pensée chrétienne-démocrate et par l'agenda social-démocrate. de l'ancien leader travailliste Ed Miliband. De ces trois traditions idéologiques, May a extrait différents éléments et les a mélangés d’une manière tout à fait cohérente avec le conservatisme.

Ce qui semble avoir motivé ce changement de vitesse idéologique est le résultat du référendum sur l’adhésion à l’UE. May a affirmé que le Brexit « n’était pas seulement un vote en faveur d’un retrait de l’UE », mais qu’il « s’agissait de quelque chose de plus large – quelque chose auquel l’Union européenne est parvenue ».représenter'. Dans une tentative de convaincre les sceptiques de son parti de la nécessité d'un changement, elle les a mis en garde contre les conséquences de l'ignorance du vote sur le Brexit : « Si nous ne réagissons pas – si nous ne profitons pas de l'occasion pour apporter le changement que les gens souhaitent – les ressentiments serontgrandir» qui sera exploité « par les partis qui adoptent une politique de division et dedésespoir.’

Elle a également présenté le Brexit comme unopportunitépour résoudre les problèmes économiques à long terme de la Grande-Bretagne – à savoir une faible productivité et une dépendance excessive à l’égard du secteur des services financiers basé à Londres – qui seraient exacerbés par le retrait de la Grande-Bretagne de l’UE.

De One Nation Conservatisme, elle a extrait trois éléments clés. Le premier élément est l’accent mis par One Nation sur l’éligibilité du parti. Comme Robert Walsharappelle le nous, les conservateurs de One Nation se sont toujours considérés comme des « gardiens de l’éligibilité ». Cette focalisation a inspiré une malléabilité idéologique qui se reflète dans le soutien de Disraeli aux droits syndicaux et au Reform Act de 1867, dans le soutien de Stanley Baldwin à l'État-providence, à l'intervention de l'État dans l'économie et dans les relations industrielles et maintenant dans les incursions flagrantes de May dans le manifeste du Parti travailliste de 2015.

Cette plasticité idéologique ne signifie pas que tout est permis pour les conservateurs de One Nation. Le conservatisme One Nation reflète une approche conservatrice traditionnelle de la politique. Cette approche est sceptique quant à la nature humaine et à l’idée de progrès. Ce scepticisme explique le rejet par One Nation des grands projets idéologiques visant à résoudre les problèmes de la société et façonne son rejet de l’égalité en tant qu’objectif politique réalisable. Cette attitude est le deuxième trait que May a emprunté au conservatisme de One Nation. En fait, le programme conservateur garantit sans ambages qu'un gouvernement de maine poursuivra pas les « croisades idéologiques »et « ne sera pas autorisé à dériver vers la droite ».

Le troisième trait que May a emprunté au conservatisme de One Nation est l’engagement de cette tradition à rechercher un certain équilibre dans la société. La recherche d’un équilibre fait que les conservateurs de One Nation sont certes partisans de l’entreprise privée mais estiment que l’État a un rôle à jouer dans l’économie. Comme l’a dit le regretté conservateur de One Nation, Ian Gilmourson livreInside Right « il n’existe pas d’étendue idéale de l’intervention gouvernementale (…) la position que devrait adopter varie de temps en temps et d’un pays à l’autre ». Ainsi, lorsque le pendule penche trop dans une direction, les conservateurs de One Nation ont tendance à préconiser une évolution dans la direction opposée.

Reflétant cet instinct d’une seule nation, May semble essayer d’équilibrer le pendule qui, au cours des dernières décennies, a trop basculé dans la direction du libre marché. Dans cet esprit One Nation, May affirme que l’État« peut être une force pour le bien », défend unpolitique industrielle active, et la représentation des intérêts des salariésles conseils d'administration des sociétésetImpositioncomme « signe d’une société civilisée ». Elle a même promis de s’attaquer au «comportement irresponsable de la part des entreprises'.

Soit dit en passant, One Nation Conservatisme partage ce pragmatisme idéologique et ce souci d’équilibre avec la démocratie chrétienne, une tradition politique continentale que les conservateurs préfèrent ignorer en raison de ses associations avec le « popisme ». Comme Van Kespergenmontré, les partis chrétiens-démocrates (partis qui se placent au centre-droit) ont mis en œuvre des règles de codétermination (qui permettent aux travailleurs de participer à la gestion des entreprises) dans toute l'Europe occidentale.

Le soutien de la démocratie chrétienne à la codétermination reflète une compréhension particulière du rôle de l’État que partage le Premier ministre. Pour les démocrates chrétiens, l’État devrait compléter, et non supplanter, les liens de solidarité non gouvernementaux. Ainsi, les démocrates chrétiens sont désireux de faire respecter les accords corporatistes entre les travailleurs et l’industrie, de défendre la lutte contre la pauvreté pour ceux qui en ont besoin, la propriété pour les travailleurs ainsi que leur implication dans les entreprises.

Mais l’inspiration la plus forte que le Mayisme tire de la démocratie chrétienne est peut-être le sens d’un objectif moral communautaire. L’idée de « bien commun », exprimée dans l’affirmation de May selon laquelle le « véritable conservatisme » signifie « une croyance non seulement dans la société mais dans le bien que le gouvernement peut faire ; le respect des institutions locales et nationales qui nous unissent », est au cœur de la démocratie chrétienne et reflète les racines catholiques de cette doctrine.

Le troisième élément du Mayisme est, commeobservé par de nombreux commentateurs, Milbandisme. L’avant-propos de May au manifeste conservateur a été rédigé à plusieurs reprises par Miliband, en particulier sa promesse de créer les conditions d’une« une Grande-Bretagne dans laquelle le travail paie, avec un salaire vital national plus élevé et des droits et protections appropriés au travail ». May a volé d’autres thèmes (le milieu pressé, le capitalisme prédateur) et d’autres idées (l’intervention sur les marchés de l’énergie, l’État entrepreneurial, l’enseignement professionnel, la régulation des rémunérations des dirigeants) à Miliband.

Surtout, elle a emprunté des idées à son programme de prédistribution – qui était un vaste programme allant de l’idée de réparer les marchés, de protéger les travailleurs de la précarité de l’emploi et des bas salaires, jusqu’à la promotion d’une politique industrielle active.

Mais tandis que May volait les « moyens » du milibandisme, elle en rejetait les « objectifs ». Miliband considérait la prédistribution comme un moyen de réduire les inégalités, mais May l’utilisa pour remédier aux faiblesses de l’économie britannique et faire face aux défis économiques créés par le Brexit. À l’instar des conservateurs d’une seule nation et des démocrates-chrétiens,Theresa May ne croit pas à l'égalité. Au lieu de cela, ellepréfère parler d'équité et de méritocratie.

En bref, le manifeste du Parti conservateur a confirmé que le conservatisme de Theresa May est bleu One Nation jusqu’au bout des doigts, mais avec une touche de violet papal et une touche de rouge travailliste.

Le Dr Eunice s'en vaest professeure agrégée à l'Université de Richmond et auteur de The Labour Party Under Ed Miliband: Trying but Failing to Renew Social Democracy.

PLUS DE CE THÈME

Commentaire

Guerres de circulation : la lutte pour les LTN et les ULEZ

Commentaire

Politiques environnementales et opinion publique : quelle différence une élection partielle fait-elle

Commentaire

L’investissement électrique de Tata : un coup de pouce pour l’automobile britannique ?

Commentaire

Leadership climatique du Royaume-Uni : perdu et retrouvé ?

Commentaire

Sunak et le rapport du Comité des privilèges : faire passer le parti avant le pays ?

Recevez nos newsletters

Abonnez-vous à nos newsletters et restez informé des dernières nouvelles et développements concernant le Royaume-Uni dans un monde post-Brexit.

Abonnez-vous maintenant

Nous ne vendrons ni ne distribuerons votre adresse e-mail à des tiers à aucun moment. Consultez notrepolitique de confidentialité.

Defining Mayism: one nation Conservatism with a hint of papal purple and a dash of Labour red - UK in a changing Europe (3)

Articles récents

Commentaire

2030 : l’interdiction ICE arrive-t-elle (encore) ?

Professeur David Bailey

04 août 2023

Commentaire

Frontières, bottes et Brexit : qu’est-ce qui se cache derrière l’impasse entre Gibraltar et l’Espagne ?

Professeur Andrew Canessa

28 juil. 2023

Commentaire

Le style plutôt que le fond ? Relations Royaume-Uni-UE d’avril à juin 2023

Dr Cléo DaviesetJannike Wachowiak

27 juillet 2023

Définir le Mayisme : le conservatisme d'une seule nation avec une touche de violet papal et une touche de rouge travailliste - Le Royaume-Uni dans une Europe en mutation (2024)
Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: Delena Feil

Last Updated:

Views: 5529

Rating: 4.4 / 5 (65 voted)

Reviews: 88% of readers found this page helpful

Author information

Name: Delena Feil

Birthday: 1998-08-29

Address: 747 Lubowitz Run, Sidmouth, HI 90646-5543

Phone: +99513241752844

Job: Design Supervisor

Hobby: Digital arts, Lacemaking, Air sports, Running, Scouting, Shooting, Puzzles

Introduction: My name is Delena Feil, I am a clean, splendid, calm, fancy, jolly, bright, faithful person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.